Crêpes à volonté

Hubert Poupard a ouvert Chez Mam'Breizh sa crêperie à volonté, en février 2015. Moins de deux ans plus tard, son commerce est florissant et le restaurateur envisage la création de plusieurs nouveaux restaurants. Pour, à terme, lancer sa propre franchise.

Mam'Breizh

Manger des crêpes jusqu'à plus faim n'est plus seulement un rêve de gourmand. Depuis février 2015, Hubert Poupard, un ancien commando marine de 45 ans, a ouvert Chez Mam'Breizh, à Lanriec, une crêperie « crêpes et sodas à volonté », slogan immanquable depuis la D387. « L'idée de départ, c'était d'ouvrir un restaurant ouvert sept jours sur sept, comme McDonald's, Quick ou KFC, mais avec un produit breton », explique le chef d'entreprise, également titulaire d'un CAP cuisine. Pour des forfaits compris entre 12,90 € et 15,90 €, chacun peut composer soi-même ses crêpes et en manger autant qu'il veut.

Douze mille couverts cet été

Ce concept, Hubert Poupard l'a défendu corps et âme, avant de se lancer et de déposer son idée : « Personne n'y croyait, les banquiers, entre autres, m'ont dit que ça ne marcherait jamais ». Pourtant, même s'il ne confiera pas le montant de son chiffre d'affaires, le restaurateur l'assure, son concept fonctionne à merveille : « Ça marche très bien, nous avons réalisé deux très bons bilans. Rien qu'entre juillet et août, nous avons servi 12.000 couverts ». Autre preuve de cette réussite, un neuvième employé vient tout juste d'être embauché. La clé du succès ? « Nous avons rendu les crêpes accessibles aux familles qui ont des revenus modestes, sans pour autant délaisser la qualité ». Car il le promet, tout est fabriqué maison, avec un maximum de produits locaux : farine Le Rhun de Pont-l'Abbé, oeufs du Gaec Sanceau à Trégunc, andouille de Guéméné, cidre Kerné... Même les 4,5 crêpes servies en moyenne par adulte n'affectent pas la rentabilité de l'affaire : « Au contraire, ça fait partie du jeu. Il y a des jeunes qui se lancent des défis, à qui en mangera le plus. C'est sympa ». Attention tout de même à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre : deux euros d'amende peuvent être infligés pour flagrant délit de gaspillage.

De nouvelles ouvertures prévues

Devant un tel succès, Hubert Poupard ne compte pas s'arrêter là. « Je vais d'abord ouvrir deux restaurants l'année prochaine, à Quimper et Lorient, avant de transformer la SARL en franchise. Le but est ensuite d'en implanter deux à Nantes et deux à Rennes », indique le restaurateur. Avec, à chaque fois, entre douze et quinze salariés en plus. Pour l'instant, il attend des financements avant de mettre en route le processus : « Je pourrais les ouvrir tout de suite, je sais que mon concept marche, mais j'ai encore besoin de liquidités », confie celui qui a investi 1,2 million d'euros pour sa crêperie concarnoise. Pour poursuivre son ascension dans la restauration, il a choisi de privilégier les investisseurs privés, qui resteront actionnaires de la société. « Je veux passer le moins possible par les banques », souffle le chef d'entreprise. En attendant que Chez Mam'Breizh devienne géant, il est possible d'entrer dans la légende du côté de Lanriec : « Un jour, un client a englouti 17 crêpes. Record à battre ! »

Contact
Tél. 02.98.97.42.30.

Source : © Le Télégramme

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.