Des crêpes-sandwiches

Ça roule pour la Breizh Touch !

Dans son food truck, à Brest, Virginie Chichery revisite un incontournable de la gastronomie locale pour proposer des crêpes-sandwiches. Portrait d'une jeune femme inspirée.

Un départ pied au plancher ! Virginie Chichery a tourné la clé de son food truck début juillet, juste avant les Fêtes maritimes de Brest 2016.
« J’étais installée près d’une entrée du site et j’ai été tout de suite dans le “rush”. Depuis, j’ai pris mes marques. »

Des crêpes-sandwiches

La forte affluence pour ses premiers jours d’activité lui a surtout permis de tester son concept audacieux autour de la crêpe revisitée en sandwich. Virginie Chichery confie : Les gens se sont montrés curieux et ont apprécié le produit. Ce fut un gros soulagement.

Deux mois plus tard, son camion baptisé La Breizh Touch continue d’attirer les regards.

Ce jeudi midi-là, il est garé place de Metz, entre l’UBO et l’Isen. « Avant de commencer mon activité, j’ai beaucoup travaillé sur les emplacements. Par exemple, je suis venue ici car je savais qu’il n’y a pas de cantine à l’Isen. »

Cette tâche n’a pas été si simple. « Il a fallu aller démarcher sous réserve de l’obtention de mon crédit bancaire. »

BTS banque

Son dossier était béton. Il faut dire que Virginie Chichery a suivi un BTS banque pendant ses études.

Finalement, je me suis aperçue que l’image de ce métier ne correspondait pas vraiment à mes attentes. Mais cette expérience m’a aidée pour la préparation de mon projet de création d’entreprise. J’avais pas mal de points de repères et de notions notamment en comptabilité.

Autre atout : sa passion pour la cuisine. « J’ai commencé à faire ces crêpes-sandwiches à la maison pour les enfants. L’idée de départ est partie de là. »

Un an et demi pour créer son entreprise

Sa réflexion s’est enrichie d’un constat simple : les crêpes avaient beau être un produit apprécié, elles n’étaient pas faciles à manger quand elles étaient garnies. D’où le concept d’en faire un sandwich replié en triangle. « Cela a pu paraître un peu loufoque au départ mais ce n’était pas bête ! »

Virginie Chichery a mis au total un an et demi à peaufiner son projet. Elle a reçu le soutien et de l’accompagnement de la Boutique de gestion, et de son club des créatrices, ainsi que de Bretagne active pour constituer son EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).

La jeune femme a par ailleurs eu du flair en optant pour un camion doté d’une autonomie énergétique de onze heures. Ce qui la dispense de devoir trouver des branchements.

Maman de deux enfants

Début septembre, Virginie Chichery a terminé une campagne de financement participatif sur Kengo.bzh.
Résultat : 1 300 euros récoltés sur un total de 1 500.

La Région prendra en charge la différence au titre de son programme Initiatives jeunes.

Je vais utiliser cet argent pour acheter un deuxième bilig, des tables, des chaises pour les beaux jours, et payer aussi des emplacements pour participer à des festivals, l’an prochain.

Pour cette campagne, Virginie Chichery avait tourné et réalisé une vidéo de présentation. Elle est visible sur YouTube :

Avec son camion, elle sillonne Brest, six midis sur sept.
Virginie Chichery lorgne aussi le marché de l’événementiel le week-end grâce à sa gamme traiteur. « J’ai déjà des demandes pour des lendemains de mariage l’année prochaine », confie-t-elle.

À 27 ans, elle est aussi maman de deux jeunes enfants.

Source : http://www.cotebrest.fr

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et des services adaptés.